« DEPART SUR LES CHAPEAUX DE ROUES » SELON VINCENT MARISSAL DE LA PRESSE

Parfois, vaut mieux laisser parler ceux qui trempent dans le domaine depuis des années.  Vincent Marissal a fait un premier topo de début de campagne électoral que je trouvais fort intéressant.

 

 » Voici le premier bulletin hebdomadaire des chefs.

Pauline Marois

Le bon coup – Recrutement efficace, bon rythme dans les annonces de candidatures, départ énergique à la tête de troupes gonflées à bloc. Bref, précampagne et lancement réussi.

Le mauvais coup – Fuir les journalistes sans répondre à une seule question après avoir déclenché les élections. Le PQ a peur des journalistes… ou de sa chef?

Politique 101 – Référendum: oui, non, peut-être? Question glissante pour le PQ, qui doit entretenir l’enthousiasme de sa base souverainiste sans faire peur aux autres électeurs.

Note: 7/10

Philippe Couillard

Le bon coup – Combler les lacunes dans son équipe économique avec l’arrivée de Carlos Leitao, Jacques Daoust et Martin Coiteux.

Le mauvais coup – Gaétan Barrette, candidat dans La Pinière. Après tout ce qu’il a dit contre le PLQ et l’ancien gouvernement Charest? M. Couillard vit dangereusement.

Politique 101 – Le ton, aussi important que le message: M. Couillard a fait sursauter bien du monde en disant qu’il «déteste» le gouvernement péquiste au premier jour de la campagne. Ce sera quoi dans un mois?

Note: 6,5/10

François Legault

Le bon coup – Batailleur, mais souriant, le chef de la CAQ. Ce ne sera pas facile, alors aussi bien faire ça dans la bonne humeur. Premier à déposer son cadre financier.

Le mauvais coup – Ce n’est pas de sa faute, mais les départs remarqués des députés Jacques Duchesneau et Hélène Daneault ont fait mal à François Legault.

Politique 101 – Le tout pour le tout: François Legault n’a plus rien à perdre, mais il doit néanmoins se ménager une porte de sortie honorable, au cas où.

Note: 7/10

Mais non, je n’ai pas oublié Québec solidaire!

Avec la remontée du PQ, Québec solidaire semble avoir perdu un peu de son élan de la campagne de 2012. Le printemps étudiant et les casseroles quotidiennes dans les rues des quartiers francophones de Montréal avaient alors provoqué une mobilisation favorable à QS, mais deux ans plus tard, qu’en reste-t-il?

François David et Amir Khadir rêvent de nouveaux gains, mais ils devront d’abord s’assurer de protéger leurs propres circonscriptions, Gouin et Mercier.

Cela dit, QS a lancé sa campagne avec professionnalisme et enthousiasme avec un slogan accrocheur. Le principal défi de QS dans cette campagne sera de se faire voir et entendre dans un décor sursaturé.

Note: 7,5/10"

 

Il a oublié de mentionné que Québec Solidaire, s’ils sont élus, iront en référendum pour la souveraineté dès leur premier mandat.  Pas sûre!

Advertisements